1
3
2
4

Actualités

Prochaines avant-premières & Bande annonce

Au cinéma le 16 mars 2016

Soyez les premiers à découvrir No Land’s Song avant sa sortie en salles !

Avant-premières en mars 2016: plus de 50 villes dont Ajaccio, Avignon, Bayonne, Bourg-en-Bresse, Carcassonne, Lille, Lyon, Marseille, Martigues, Nancy, Poitiers, Rambouillet, Rouen, Salon-de-Provence, Strasbourg, Valenciennes, etc…
Vous pourrez aussi nous rejoindre pour une grande Première surprise à Paris le 16 mars !
Toutes les dates sur notre page Facebook!

Et n’hésitez surtout pas à :
• liker notre page Facebook.
• inviter vos amis à la liker en retour.
• nous suivre sur Twitter.
• Informer votre réseau des projections et de la sortie du film.
Et à venir découvrir le film en salles dès sa sortie le 16 mars !

Nous apprécions tous vos soutiens
MERCI ET A BIENTÔT !

thumb_affiche-NLS




Synopsis

En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n’ont plus le droit de chanter en public en tant que solistes. Une jeune compositrice, Sara Najafi, avec l’aide de trois artistes venues de France (Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), va braver censure et tabous pour tenter d’organiser un concert de chanteuses solo.


Titre original

No Land´s Song

 

Genre

long métrage documentaire

 

Thèmes

Musique, droits des femmes

 


Format

HD – 16/9


Durée

91 min


Auteur / réalisateur

Ayat Najafi


Producteurs Allemagne

Torero Film: Rouven Rech & Teresa Renn
HANFGARN & UFER: Gunter Hanfgarn

Producteur France

CHAZ Productions: Anne Grange

 


En association avec

Al Jazeera: Dominique Young


Ventes mondiales (hors France)

ILLUMINA Films: Robin Brinster


Ventes et distribution France

JOUR2FETE : Sarah Chazelle et Etienne Ollagnier

 


Avec le soutien de

Medienboard Berlin-Brandenburg
MFG Filmförderung Baden-Württemberg
Kuratorium junger deutscher Film
Centre national du cin.ma et de l’image anim.e SACEM
Institut Francais – Ministère des Affaires Étrangères
TV5 Monde

Première mondiale

Festival des Films du Monde de Montréal – août 2014

 


Prix


Festivals

Janvier 2016

Festival of Iranian Films
PRAGUE – CZECH REPUBLIC
Saturday Jan. 14, 20:45
Kino Svetozor (Small Hall)
More Info >>

Décembre 2015

Festival Cinéma(s) d’Iran (rerun)
AUBERVILLIERS – FRANCE
Thursday Dec. 17 @ Le Studio, Aubervilliers


Berliner Philharmonie – BERLIN – GERMANY
Wednesday Jan. 13, 18:00
Berliner Philharmonie
More Info >>

BIR DUINO INTERNATIONAL DOCUMENTARY FILM FESTIVAL
BISHKEK – KYRGYZSTAN
Sunday Dec. 13, 10:00 @ National Library of the KR


8ème Festival International du Film des Droits de l’Homme de Gironde
Friday Jan. 8, inaugural evening, 20:30
Cinéma Jean Eustache, Pessac, France

Festival Toiles sur Toile
CLICHY-SOUS-BOIS – FRANCE
Friday Dec. 11 – opening night, 20:30
Fontaine aux Images, Clichy-sous-Bois



Galerie


Presse

A hauntingly beautiful Iranian melody broke the silence in the International Film Center theater in New York on June 12, as director Ayat Najafi’s NO LAND’S SONG opened. It soon became clear why it had won the Nestor Almendros award for courage in filmmaking: candid in its views about the Iranian government’s attitudes toward women, it sears its protagonist’s story into the hearts of viewers with a narrative of artistic resistance, humor, friendship, and, ultimately, triumph in a country notorious for denying women’s rights.
New York Times
If Kafka had been transposed to 21st-century Iran, he would have recognised several elements in Sara Najafi’s story. The real-life protagonist of the documentary NO LAND’S SONG, she deals with increasingly surreal impositions of authority as she strives to put on a concert featuring only female singers.
Financial Times
Three years ago, the Iranian singer and composer Sara Najafi came up with the idea of hosting a concert in Tehran, her hometown. It was a plan so audacious, it seemed slightly nuts. The concert would be “a festival of the female voice” featuring solo singers – not just Iranians, but artists from France and Tunisia, too. Nothing like it had been attempted in Iran for 35 years: after the Islamic Revolution of 1979, women were banned from singing solo in public.
The Guardian

NOTE D’INTENTION

Director-Ayat-Najafi

Ma sœur Sara fait de la musique depuis son plus jeune âge. Témoin de son combat quotidien pour étudier puis pratiquer son art (Sara est la première femme diplômée en composition d’Iran), j’ai pu mesurer l’ampleur des difficultés que rencontrent les femmes musiciennes dans mon pays. Avec ce film, je veux montrer l’absurdité du quotidien des jeunes musiciennes iraniennes. L’amour de la musique est la raison de vivre de Sara. Et le concert dont elle porte le projet durant plusieurs années à travers ce film devient un effort collectif pour voir un rêve devenir réalité.


Le rôle de la musique dans la vie politique et sociale de l’Iran au XXe siècle a toujours été crucial. A chaque période de notre histoire, la musique aura été le porte-voix des aspirations des Iraniens. Si nombre des chanteuses ont quitté l’Iran depuis la Révolution, beaucoup d’entre elles vivent et travaillent encore ici. L’ironie veut que les filles soient beaucoup plus nombreuses que les garçons à fréquenter les écoles de musique. Mais pourquoi apprendre une discipline qu’elles n’auront pas le droit de pratiquer ensuite ?

Ce film suit pas à pas le processus d’organisation d’un concert à Téhéran, questionnant de front le système de la censure, face à la caméra. En terme de stratégie, nous avons opposé la détermination et la « fausse naïveté » de Sara aux interdits que nous rencontrions. Cela nous a permis de filmer et d’enregistrer (en caméra cachée) toutes ses démarches auprès des autorités, ses rencontres avec les représentants politiques et religieux, et d’éclairer la « logique » de la censure qu’impose le régime.

La ligne musicale du film a pour leitmotiv le chant traditionnel révolutionnaire « Oiseau de l’Aube » (Morg-e Sahar) auquel Sara veut donner une voix nouvelle. Le film est un hommage à Qamar, celle qui le chanta la première fois. Artiste de légende en Iran, elle parvint dans les années 20 à briser les tabous de la société iranienne et à libérer la voix des femmes, la déplaçant du domaine privé où elle restait confinée, au domaine public. C’est ce même combat que Sara et ses amies doivent mener à nouveau aujourd’hui. La résistance de Qamar a inspiré le défi que nous avons lancé entre 2011 et 2013 aux gouvernements d’Ahmadinejad puis de Rohani.

Le film est centré sur le personnage de Sara. Les artistes françaises qui se sont associées à son combat offrent un poignant contrepoint au point de vue des protagonistes iraniens : entre choc des cultures et solidarité artistique, le public vit ce voyage vers Téhéran à travers le regard d’Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi. Nous avons ici fait appel à trois artistes de générations et de mondes musicaux complémentaires, trois femmes engagées et ouvertes à d’autres univers. De plus en plus conscientes de la réalité vécue par leurs homologues en Iran alors qu’elles rejoignent enfin Sara à Téhéran, celles–ci participent activement au bras de fer de Sara avec les autorités, au côté des chanteuses iraniennes Parvin Namazi et Soyeh Sodeyfi. La seule arme de ces femmes : la musique et le chant, expression par excellence d’un corps féminin que ce régime n’a de cesse de combattre.

A l’issue de notre aventure, une porte s’est ouverte pour la voix des femmes, le temps d’une soirée, le 19 septembre 2013, à l’opéra de Téhéran : mais qu’en sera-t-il demain ?

Ayat Najafi


BIOGRAPHIES


1

SARA NAJAFI, compositrice et pianiste, sœur du réalisateur Ayat Najafi, est née en 1980 à Téhéran.
C’est de son point de vue que nous suivons l’aventure de « No Land’s Song », concert dont elle est, depuis Téhéran, la principale instigatrice.
Sara Najafi commence le piano à quatre ans. A l’âge de 12 ans, elle entre au conservatoire de musique de Téhéran, puis en 1998 à l’Université d’Art et d’Architecture où elle enseigne depuis 2003.
Elle est la première femme à avoir obtenu un diplôme de composition en Iran.
Par ailleurs, elle compose la musique de divers courts métrages (Opposite, A striped dream, Somewhere on the land…) et de pièces de théâtre (« La Mouette », « The night of companionship »). Elle signe la BO du long métrage Zagros, présenté en avant-première au Fajri international du film du Festival de Téhéran en 2006. En 2008, elle participe au Berlinale Talent Campus. Elle enseigne le piano et la méthode Orf de théorie et d’harmonie depuis 1998. Elle vit aujourd’hui entre Los Angeles et Téhéran.


2

PARVIN NAMAZI est l’une des grandes voix traditionnelles perses du moment. Née en 1953 en Iran, elle débute sa carrière à neuf ans comme chanteuse soliste dans une émission pour enfants pour la télévision iranienne. Elle quitte l’Iran en 1972 pour commencer sa formation en Allemagne. Sa carrière décolle dans les années 1980 quand elle rejoint l’ensemble « Darvish » à Berlin, au sein duquel elle travaille avec Hossein Alizadeh, maître de la musique traditionnelle iranienne, et Mohammad-Reza Lofti. Après 20 ans d’exil, Parvin retourne en Iran dans les années 1990 pour étudier la musique folklorique traditionnelle du Kurdistan.
Son premier album « Kurdana » a été interdit en Iran.


3

La mezzo-soprano SAYEH SODEYFI, née en 1979 à Téhéran, poursuit ses études à l’Université Azad où elle étudie le Setar, puis en Arménie au Yerevan Komitas State Musical Conservatory où elle obtient un master de musique classique. Elle suit ainsi l’enseignement de Jolieta Nazarian, Aleeda Harotonian, Kambiz Roshanravan, Hussein Alizadeh, Mohammadreza Darvishi et Masood Shoari. Depuis, elle se produit dans de nombreux récitals et festivals en Iran et ailleurs. Elle enseigne actuellement à l’Université Elmi Karbordi, au Conservatoire de Téhéran et dans divers autres instituts. Elle est par ailleurs membre de l’Union Educative de l’Ambassade d’Autriche et une compositrice active.


4

Auteur-compositrice, ELISE CARON est une chanteuse contemporaine, aussi à l’aise dans l’improvisation que dans la comédie. Jusqu’en 1990, elle passera du théâtre au récital, entre Brecht, Sophocle, Shakespeare, en passant par Monteverdi, Fauré, Debussy, Schönberg. Durant cette période, elle rencontre des compositeurs contemporains, comme Bruno Gillet, Luc Ferrari, Michel Musseau, Jacques Rebotier, Frédéric Lagnau, Albert Marcoeur qui écriront pour elle. En 1995, elle entreprend d’écrire ses propres chansons avec la collaboration étroite du pianiste et compositeur Denis Chouillet, avec notamment « Chansons pour les petites oreilles » en 2000 et « Eurydice bis » en 2002. Elle travaille avec John Greaves, Yves Robert, Jean-Rémy Guédon, Lucas Gillet, Eric Watson, Edward Perraud…On la retrouve au cinéma depuis 2008, après l’avoir vue dans le premier rôle de Cocktail Molotov de Diane Kurys en 1979, ou entendue comme doublure vocale de Virginie Ledoyen dans Jeanne et le garçon formidable en 1998.
En 2010, elle obtient une Victoire du jazz comme meilleure chanteuse de l’année. Elle prépare actuellement deux nouveaux albums. – Facebook >>


5

JEANNE CHERHAL a passé son enfance au bon air de la campagne nantaise puis décide de s’installer à Paris, rêvant de devenir danseuse classique.
Le vrai départ a lieu avec la sortie de son album studio « Douze fois par an » où elle pose enfin son style et son imagination fertile. En mars 2005, elle est récompensée aux Victoires de la musique en tant qu’artiste révélation de l’année. Courant 2006, la chanteuse surprend en offrant « L’eau », un très bel album dans lequel l’artiste se laisse aller à plus d’ambitions et de profondeurs. En mars 2010, Jeanne Cherhal change de label et propose l’album « Charade » chez Barclay.
En 2014, elle signe un nouvel album, « Histoire de J. », marqué par sa rencontre avec l’univers de Véronique Sanson, et prépare actuellement une tournée avec son nouveau spectacle « Solo ».
http://www.jeannecherhal.fr


6

EMEL MATHLOUTHI, chanteuse et auteur compositeur tunisienne engagée, fait forte impression à la première édition du Prix RMC Moyen-Orient 2006 où elle est finaliste.
Dotée de qualités vocales remarquables, son style envoûtant, parfois lyrique, a su peindre un univers des plus singuliers et atypiques puisant ses inspirations dans l’eau saline de ses racines pour ainsi pousser jusqu’à des sonorités électro-éclectiques. L’association d’univers musicaux différents grâce à ses multiples sources d’inspiration a donné lieu à la naissance d’un répertoire original oscillant entre musique arabe, électro et rock psychédélique. Suite au succès de son premier opus « Kelmti Horra » (World Village), elle prépare actuellement un prochain album, où elle fait preuve d’une étonnante ouverture musicale. On l’a notamment entendue récemment à Oslo lors de la cérémonie de remise du Prix Nobel de la Paix. Elle prépare actuellement son nouvel album.
–  http://emelmathlouthi.com


7

LE RÉALISATEUR

Né à Téhéran en 1976 et vivant actuellement entre Berlin et l’Iran, Ayat Najafi étudie tout d’abord la scénographie. En 1995, il crée une compagnie de théâtre étudiante à l’université de Téhéran, participant à plusieurs ateliers sous la direction de certains maîtres du théâtre iranien. Il collabore à plusieurs productions théâtrales en tant que réalisateur, auteur, acteur et scénographe.
Depuis 2000, Ayat Najafi développe son travail de réalisateur. En 2003, il crée l’Atelier d’Arta, en se concentrant sur une approche interdisciplinaire et multimédia du théâtre, et réalise des courts métrages expérimentaux et documentaires. En 2005, il participe au Berlinale Talent Campus avec son court métrage Move It (2004). Etudiant à l’université de Constance (2008-2009), il y présente sa pièce « Histoires de femmes à moustache et d’hommes en jupe ». « Lady Téhéran », sa deuxième production théâtrale en Allemagne avec une équipe internationale, est montée à Berlin en 2009, suivie de « Pakistan (does not) exist ». Il signe son premier long métrage documentaire, Football under cover, en 2008.

FILMOGRAPHIE

Football Under Cover
long métrage documentaire, 2008
coréalisé avec David Assmann,
86 min (cinéma) et 52 min (TV), HD
Production Flying Moon

• Prix Europa Iris 2009
• Teddy award for Best Documentary – International Film Festival Berlin 2008
• Teddy audience award – International Film Festival Berlin 2008
• Nominated for First Steps Award 2008
• Freedom Award – Outfest 2008, L.A., USA • Audience Award – Pink Apple, 2008


Les musiciens

Sara Najafi
Parvin Namazi (singer)
Sayeh Sodeyfi (singer)
Élise Caron (singer)
Jeanne Cherhal (singer)
Emel Mathlouthi (singer)

Edward Perraud (drums)
Maryam Tajhdeh (tar)
Ali Rahimi (Tombak)
Sébastien Hoog (guitar)
Imed Alibi (percussions)
Ali Kazemian (voice)
Chakad Fesharaki (Kamancheh)


Équipe

AUTEUR / RÉALISATEUR Ayat Najafi • CAMERA Koohyar Kalari, Sarah Blum • SON Sasan Nakhai, Dana Farzanehpour, Julien Brossier • MONTAGE Julia Wiedwald, Schokofeh Kamiz • MONTAGE SON Oliver Stahn • MUSIQUE ORIGINALE Sara Najafi, Parvin Namazi, Sébastien Hoog, Edward Perraud, Maryam Tajhdeh • MUSIQUE PRÉEXISTANTE Hossein Alizadeh, Élise Caron, Emel Mathlouthi •  PRODUCTEURS ALLEMAGNE Gunter Hanfgarn, Rouven Rech, Teresa Renn • Patrick Merkle • PRODUCTRICE FRANCE Anne Grange • VENTES MONDIALES (HORS FRANCE) Robin Brinster, Illumina Films • VENTES ET DISTRIBUTION FRANCE: Sarah Chazelle et Etienne Ollagnier, JOUR2FETE


CONTACTS

Producteurs

torero-big

Torero film est une société de production allemande centrée sur le film documentaire, fondée à Berlin en 2005 par Rouven Rech et Teresa Renn, un second bureau ayant été créé à Konstanz en 2007.


Rouven Rech

Torero Film GbR
Kastanienallee 56
10119 Berlin – Germany

M: : +49 (0)30 55575621-0

http://www.torerofilm.de/
rouven@torerofilm.de


hu-big

HANFGARN & UFER, fondée en 1991, dont le siège est à Berlin et Hambourg, a produit de nombreux films documentaires pour les chaînes allemandes et internationales, largement représentés dans les festivals internationaux et primés, certains étant sortis en salle. Depuis 2010, Gunter Hanfgarn développe aussi des films de fiction.


Gunter Hanfgarn

HANFGARN & UFER
Apostel-Paulus-Str. 6
10823 Berlin – Germany

T : +49 (0)30 8485 5000

http://www.hu-film.de
hanfgarn@HU-film.de


chaz-big

CHAZ Productions, créée en 1994, est dirigée depuis 1999 par Elisabeth Perez. CHAZ Productions produit des courts-métrages de Solveig Anspach, Christine Dory, Brigitte Sy, Rachida Krim, Sandrine Veysset, Valérie Mréjen, Karin Albou, Valérie Mitteaux, Béryl Peillard, Nicolas Engel, Jérôme Reybaud… Depuis 2013, quatre long métrages voient notamment le jour : Max et Lenny, de Fred Nicolas, et La belle saison de Catherine Corsini, produits par Elisabeth Perez, ainsi que No Land’s Song de Ayat Najafi et La découverte ou l’ignorance de Vincent Jaglin, produits par Anne Grange.


Elisabeth Perrez

CHAZ Productions
224, rue Saint-Denis
75002 Paris– France

M : +33 (0)9 73 61 02 74

http://www.chazproductions.fr
contact@chazproductions.fr


Distribution et Presse

LOGO_jour2fete_couleur

Sarah Chazelle & Etienne Ollagnier

Jour2Fête
9 rue Ambroise Thomas
75009 Paris

Tél. : +33 (0)1 40 22 92 15

www.jour2fete.com
contact@jour2fete.com
programmation.jour2fete@gmail.com

Attachée de presse

Matilde Incerti, assistée de Jérémie Charrier
16, rue Saint-Sabin
75011 Paris

Tél. : +33 (0)1 48 05 20 80

matilde.incerti@free.fr

Contactez-nous

Nom*

E-Mail*

Objet

Message

* Obligatoire

Copyright 2016 No Lands Song | All Rights Reserved